The virtual Incident Command Post (ICP) and on-water crews will continue to respond to the Bligh Island shipwreck leak over the holiday season. The Mowachaht/Muchalaht First Nation has now joined Unified Command and is working with the Canadian Coast Guard and BC Ministry of Environment and Climate Change Strategy to manage the response. Representatives from the Hesquiaht First Nation, Nuu-chah-nulth Tribal Council, Environment and Climate Change Canada, Fisheries and Oceans Canada, Western Canada Marine Response and others are working in support of the response to contain the leak and protect the ecological, cultural and socio-economic values in the area around the shipwreck site.

Operational Updates

On-water activities

  • To date the amount of the oil product on the water continues to be 30-50 litres at any given time.
  • There are currently 40 personnel responding to the incident in the field and 43 personnel managing the response from the virtual Incident Command Post.
  • There are six marine pollution response vessels and two more expected to arrive within the next few days; 16,000 feet of containment boom deployed, and two skimmers on site.
  • There is a continuous but slow discharge of oil pollution coming from the MV Schiedyk. Crews and assets are on scene recovering the oil as it floats to the surface using a tandem sweep between two vessels. Curtain boom and sorbent boom is held between the two vessels as they “sweep” the water. We will also be deploying a Harbour Buster II to capture oil product that is being moved by the ocean current.
  • We are still determining how much oil has been recovered so far, however it can be difficult to provide an accurate estimate as the oil product we recover is mixed with salt water.
  • Using drone footage, NASP overflights and Datum Marker Buoys to determine ocean current flows and to help with projection modelling, we are finding that the oil is heading south and south-east in direction. This information helps us to be strategic in how we deploy boom so that ecological and cultural areas at risk are protected as much as possible. This work will be ongoing throughout the life of the response.

Oil type and amounts

  • We are working hard to confirm the amount of fuel on board the MV Schiedyk when it sank in 1968; how much fuel was released at that time, and what remains on board now. Due to the depth of water the vessel is in, it may take some time before we can confirm the amount.
  • Samples of the oil product have been sent to a lab for identification. This information will give us a better understanding of the chemical characteristics of the specific type of fuel upwelling from the shipwreck. However, we do have information from historical documents stating the vessel was carrying both bunker and diesel fuel.
  • Photo and video documentation from the ROV (remotely operated underwater vehicle) shows that the ship sustained significant damage when it sank in 1968, and that the upwell of oil is coming from several locations in the vessel.
  • Right now we don’t anticipate a sudden larger release of fuel, however we are prepared if this were to happen.
  • We are assessing longer-term options to assess the vessel for fuel quantities and bulk removal of oil.

Impacts on marine mammals and wildlife

  • While the quantity of the oil on the water continues to be minimal, there can still be negative impacts to the marine environment, including impacts on wildlife. Sadly one sea otter and one Blue Heron have become oiled. Crews are attempting to capture the otter to transport it to the Vancouver Aquarium Marine Mammal Rehabilitation Centre.
  • A second, deceased sea otter has also been found in the area and a necropsy is being performed to determine if the cause of death was related to oil exposure or natural causes.
  • When the Incident Command was set up on December 3, a wildlife branch was set up to observe, recover and rehabilitate impacted wildlife. This is an ongoing and extremely important part of the response to the leaking shipwreck. A Wildlife Response Plan has been developed, and we continue to build capacity in this team, including adding expertise for on-site rehabilitation of animals.
  • There is potential for more wildlife to be impacted. We have a team of wildlife and marine mammal experts who are focused on keeping wildlife away from the shipwreck site, and capturing and rehabilitating any impacted animals.

Impacts to the shoreline

  • Some shoreline close to the shipwreck was impacted by oil before we were able to get to the site. A Shoreline Clean-up Assessment Team (SCAT) is preparing a response plan to clean up impacted shorelines.
  • We now have 16,000 feet of boom protecting areas of ecological, socio-economic and cultural sensitivity.

Impacts to fish farms in the area

  • Incident Command remains in close contact with fish farms in the area.
  • To date no oil product has been observed near the farms: so far ocean currents are moving the product south and south-east whereas the farms are to the north of the shipwreck site.
  • If this situation changes, we have an additional 10,000 feet of curtain boom we can deploy to protect sites such as fish farms.

Cost:

  • We do not yet know the cost to remediate the pollution risk caused by the MV Schiedyk. Right now our highest priority is to assess and identify the best course of action to remediate the threat and protect the ecological, socio-economic and cultural areas at risk. We will release further details as they become available.

Resources for media:

Name of the ship is pronounced:  shkee-dike

Photos and other information for media can be found at: http://www.spillresponsebc.ca/

Please note: this site will be kept updated with operational information and new photos/video as the response progresses but may not be updated daily.

New video footage is available here. Videos include:

  • Drone footage showing a tandem sweep between two vessels
  • New underwater footage of the MC Schiedyk
  • Footage showing shoreline protection strategies at work

Geographic Response Strategies (GRS) Map from the Coastal Mapping Program. In the early hours of an incident, GRS are used by responders to quickly locate sensitive sites and implement pre-planned protection strategies.

Please note: due to COVID health orders issued by the Mowachaht/Muchalaht First Nation and Nuu-chah-nulth Tribal Council, and to protect the health and safety of incident response crews working at the site, media are asked to avoid travelling to the area at this time. We will be posting new photos and video to the SpillResponsebc.ca web site as much as possible.

For more information

Information Officer

Bligh Island Shipwreck

Kiri.Westnedge@dfo-mpo.gc.ca

(250) 508-2038

(Francais)

Épave de l’île Bligh

Commandement d’intervention – Mise à jour opérationnelle

Le 15 décembre 2020

Le poste de commandement d’intervention (PCI) virtuel et l’équipage sur l’eau continueront d’assurer une réponse à la fuite du naufrage de l’île Bligh pendant la période des Fêtes. La Première Nation Mowachaht/Muchalaht s’est jointe au commandement unifié et collabore avec la Garde côtière canadienne et le ministère de l’Environnement et de la Stratégie sur les changements climatiques de la Colombie‑Britannique dans le cadre de l’intervention. Des représentants de la Première Nation Hesquiaht, du Conseil tribal de Nuu‑chah‑nulth, d’Environnement et Changements climatiques Canada, du ministère des Pêches et des Océans, de la Western Canada Marine Response Corporation et d’autres intervenants appuient l’intervention afin de contenir la fuite et de protéger les valeurs écologiques, culturelles et socioéconomiques dans la zone à proximité du site du naufrage.

Mises à jour opérationnelles

Activités sur l’eau

  • À l’heure actuelle, la quantité de produits pétroliers sur l’eau est toujours de 30 à 50 litres à tout moment.
  • L’équipe d’intervention compte 40 personnes qui travaillent sur le terrain et 43 personnes qui gèrent l’intervention depuis le PCI virtuel.
  • Il y a six navires d’intervention environnementale et deux autres devraient arriver dans les prochains jours. Un barrage de confinement du pétrole de 16 000 pieds a été déployé, et deux dispositifs de ramassage sont sur place.
  • Il y a un déversement continu, mais lent, de pétrole provenant du NM Schiedyk. Des équipes et des ressources ont été mobilisées sur place pour récupérer le pétrole qui flotte à la surface grâce à un balayage en tandem entre deux navires. Le barrage rideau et le barrage absorbant sont maintenus entre les deux navires pendant le « balayage » de l’eau. Nous allons également déployer un Harbour Buster II pour capturer les produits pétroliers qui se déplacent avec les courants océaniques.
  • Nous cherchons toujours à déterminer la quantité de pétrole récupérée jusqu’à présent. Il peut être toutefois difficile de fournir une estimation précise, étant donné que les produits pétroliers récupérés sont mélangés à de l’eau salée.
  • Grâce à des images obtenues à partir de drones, aux survols aériens du Programme national de surveillance aérienne et aux bouées repères électroniques pour déterminer les flux de courants océaniques et pour aider la modélisation prospective, nous constatons que le pétrole se dirige vers le sud et le sud‑est. Ces renseignements nous permettent de mettre en œuvre une stratégie pour le déploiement du barrage de sorte que les zones écologiques et culturelles à risque soient protégées autant que possible. Ces efforts seront maintenus pendant toute la durée de l’intervention.

Type et quantité de pétrole

  • Nous nous efforçons de confirmer la quantité de carburant à bord du NM Schiedyk lorsqu’il a coulé en 1968 – la quantité de carburant libéré à ce moment et ce qui reste à bord à ce jour. En raison de la profondeur des eaux dans lesquelles se trouve le navire, il peut s’écouler un certain temps avant que nous puissions confirmer cette quantité.
  • Des échantillons de produits pétroliers ont été envoyés à un laboratoire aux fins d’identification. Ces renseignements nous permettront de mieux comprendre les caractéristiques chimiques du type de carburant précis remonté à la surface du naufrage. Nous disposons toutefois de renseignements tirés de documents historiques indiquant que le navire transportait à la fois du combustible de soute et du carburant diesel.
  • Des photos et des vidéos capturées par un véhicule sous‑marin téléguidé montrent que le navire a subi des dommages importants lorsqu’il a coulé en 1968, et que les remontées de pétrole proviennent de plusieurs endroits du navire.
  • Pour l’instant, nous ne prévoyons pas de libération soudaine et plus importante de carburant. Nous sommes toutefois prêts si cela devait se produire.
  • Nous étudions des options à long terme pour évaluer le navire en ce qui concerne les quantités de carburant et le prélèvement massif du pétrole.

Répercussions sur les mammifères marins et la faune

  • Bien que la quantité de pétrole dans l’eau reste minime, il peut tout de même y avoir des répercussions négatives sur l’environnement marin, notamment sur la faune. Malheureusement, une loutre de mer et un héron bleu ont été mazoutés. Les équipages tentent de capturer la loutre pour la transporter au Vancouver Aquarium Marine Mammal Rehabilitation Centre.
  • Une deuxième loutre de mer décédée a également été trouvée dans la région, et une nécropsie est en cours pour déterminer si la cause du décès était liée à une exposition au pétrole ou à des causes naturelles.
  • Lorsque le PCI a été mis en place le 3 décembre, une Direction de la faune a été créée et chargée d’observer, de récupérer et de réhabiliter la faune touchée. Ces efforts sont réalisés en continu et représentent une partie extrêmement importante de l’intervention relative à la fuite qui s’échappe de l’épave. Un plan d’interventions relatives à la faune a été élaboré, et nous continuons de renforcer les capacités de cette équipe, notamment en intégrant sur place une expertise pour la réhabilitation des animaux.
  • Il est possible que davantage d’animaux sauvages soient touchés. Nous disposons d’une équipe d’experts de la faune et des mammifères marins qui se concentre à éloigner la faune du site du naufrage, et à capturer et à réhabiliter tout animal touché.

Répercussions sur les rivages

  • Certains rivages à proximité de l’épave ont été touchés par le pétrole avant que nous ayons pu nous rendre sur le site. Une équipe d’évaluation du nettoyage des rivages (EENR) prépare un plan d’intervention pour nettoyer les côtes touchées.
  • Nous avons maintenant un barrage de 16 000 pieds qui protège les zones sensibles sur le plan écologique, socioéconomique et culturel.

Répercussions sur la pisciculture de la région

  • L’équipe du PCI maintien une communication étroite avec les établissements piscicoles de la région.
  • À ce jour, aucun produit pétrolier n’a été repéré à proximité des établissements. Jusqu’à présent, les courants océaniques déplacent les produits pétroliers vers le sud et le sud‑est, alors que les établissements se trouvent au nord du site.
  • Si la situation change, nous disposons d’un barrage supplémentaire de 10 000 pieds que nous pouvons déployer pour protéger des sites tels que les établissements piscicoles.

Coût

  • Nous ne connaissons pas encore le coût lié à l’atténuation du risque de pollution engendré par le NM Schiedyk. Notre priorité en ce moment est d’étudier et de déterminer la meilleure ligne de conduite à adopter pour remédier à la menace et protéger les zones écologiques, socioéconomiques et culturelles menacées. Nous communiquerons plus de renseignements à ce sujet dès qu’ils seront disponibles.

Ressources pour les médias

Le nom du navire est prononcé comme suit : shkee‑dike

Des photos et d’autres renseignements destinés aux médias sont disponibles à l’adresse suivante : http://www.spillresponsebc.ca/.

Remarque : Ce site Web sera mis à jour avec des renseignements opérationnels et de nouvelles photos et vidéos au fur et à mesure de la progression de l’intervention, mais il se peut qu’il ne soit pas mis à jour quotidiennement.

De nouvelles séquences vidéo sont disponibles ici. Contenu des vidéos :

  • Images capturées par drone qui montrent un balayage tandem entre deux navires
  • Nouvelles images sous‑marines du NM Schiedyk
  • Images montrant les stratégies de protection du rivage à l’œuvre

Carte des stratégies d’interventions géographiques du programme de cartographie du littoral. En cas d’incident, les stratégies d’interventions géographiques sont d’abord utilisées par les intervenants pour cibler rapidement les zones sensibles et mettre en œuvre des stratégies de protection déjà planifiées.

Remarque : En raison des ordonnances de santé émises par la Première Nation Mowachaht/Muchalaht et le Conseil tribal de Nuu‑chah‑nulth, et afin de protéger la santé et la sécurité des équipes d’intervention travaillant sur place, les médias sont priés d’éviter de se rendre dans la région pour le moment. Nous publierons autant que possible de nouvelles photos et vidéos sur le site Web SpillResponsebc.ca.

Pour de plus amples renseignements

Agente d’information

Épave de l’île Bligh

Kiri.Westnedge@dfo‑mpo.gc.ca

250‑508‑2038